RHAPSODIE ÉVÈNEMENTIEL DE L'UNC, DE L'UNP ET DE LA MAIRIE DU XVème

22 avril 2018

21 avril 2018 Hommage aux ARMENIENS

21 avril 2018

HOMMAGE AUX ARMENIENSMORTS POUR LA FRANCE

5600370540_9

IMG_0793

IMG_0796

IMG_0768

IMG_0769

IMG_0770

IMG_0771

IMG_0772

IMG_0778

IMG_0779

IMG_0780

IMG_0783

IMG_0784

IMG_0787

IMG_0789

IMG_0790

IMG_0791

IMG_0792

IMG_0794

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par livre4 à 02:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 avril 2018

14-04-2018 Congré départemental UNC 75

14 avril 2018

CONGRE DEPARTEMENTAL DE L'UNC 75

A LA MAIRIE DU IX° ARRONDISSEMENT DE PARIS

 

 

 

img792

img793

img794

img795

img796

img797

img798

img799

img800

img801

img802

img803

 barre27

LES VIDEOS

 

1

2

A LA DECOUVERTE DU 9° ARRONDISSEMENT DE PARIS

3

4

5

6

REMISE DE DECORATIONS

7

REMISE DE DECORATIONS

8

9

10

11

12

13

barre27

DSCN9285

DSCN9284

DSCN9283

DSCN9282

DSCN9281

IMG_0646

IMG_0647

IMG_0648

IMG_0649

IMG_0650

IMG_0651

IMG_0652

IMG_0653

IMG_0654

IMG_0655

IMG_0656

IMG_0657

IMG_0658

IMG_0659

IMG_0660

IMG_0661

IMG_0662

IMG_0663

IMG_0664

IMG_0665

IMG_0666

IMG_0667

IMG_0668

IMG_0669

IMG_0670

 IMG_0671

IMG_0672

IMG_0673

IMG_0674

 IMG_0675

IMG_0676

IMG_0677

IMG_0680

IMG_0681

IMG_0682

IMG_0683

IMG_0684

IMG_0685

IMG_0686

IMG_0687

IMG_0688

IMG_0689

IMG_0690

IMG_0691

IMG_0692

IMG_0693

IMG_0694

IMG_0695

IMG_0696

IMG_0697

IMG_0698

IMG_0699

IMG_0700

IMG_0701

IMG_0702

IMG_0703

IMG_0704

IMG_0705

IMG_0707

IMG_0708

IMG_0709

IMG_0710

IMG_0711

IMG_0712

DSCN9286

DSCN9289

DSCN9290

DSCN9291

DSCN9294

IMG_0713

IMG_0714

IMG_0715

IMG_0716

IMG_0717

IMG_0718

IMG_0719

IMG_0720

IMG_0721

IMG_0722

IMG_0723

IMG_0724

IMG_0725

IMG_0726

IMG_0728

IMG_0730

vlcsnap-2018-04-14-20h52m42s621

vlcsnap-2018-04-14-20h52m56s248

vlcsnap-2018-04-14-20h53m15s598

vlcsnap-2018-04-14-20h54m43s814

vlcsnap-2018-04-14-20h55m11s559

vlcsnap-2018-04-14-20h55m33s057

vlcsnap-2018-04-14-20h55m46s844

vlcsnap-2018-04-14-20h56m12s363

vlcsnap-2018-04-14-20h56m28s349

vlcsnap-2018-04-14-20h57m11s697

vlcsnap-2018-04-14-20h57m22s391

vlcsnap-2018-04-14-20h57m37s527

vlcsnap-2018-04-14-20h57m47s838

vlcsnap-2018-04-14-20h58m53s642

vlcsnap-2018-04-14-20h59m07s674

vlcsnap-2018-04-14-20h59m21s627

vlcsnap-2018-04-14-20h59m29s547

vlcsnap-2018-04-14-20h59m38s091

vlcsnap-2018-04-14-20h59m59s435

vlcsnap-2018-04-14-21h00m43s918

vlcsnap-2018-04-14-21h01m26s228

vlcsnap-2018-04-14-21h01m43s294

vlcsnap-2018-04-14-21h02m31s888

vlcsnap-2018-04-14-21h03m00s655

vlcsnap-2018-04-14-21h04m01s580

vlcsnap-2018-04-14-21h04m12s688

vlcsnap-2018-04-14-21h04m26s551

vlcsnap-2018-04-14-21h04m36s964

vlcsnap-2018-04-14-21h04m59s178

vlcsnap-2018-04-14-21h05m27s627

IMG_0732

IMG_0733

IMG_0734

IMG_0737

IMG_0738

IMG_0739

vlcsnap-2018-04-14-18h14m29s009

vlcsnap-2018-04-14-18h14m53s274

vlcsnap-2018-04-14-18h23m45s658

vlcsnap-2018-04-14-18h24m04s207

vlcsnap-2018-04-14-18h24m34s070

vlcsnap-2018-04-14-18h24m47s224

vlcsnap-2018-04-14-18h25m52s291

vlcsnap-2018-04-14-18h27m19s423

vlcsnap-2018-04-14-18h27m33s674

vlcsnap-2018-04-14-18h27m53s584

vlcsnap-2018-04-14-18h24m47s224

vlcsnap-2018-04-14-18h25m52s291

vlcsnap-2018-04-14-18h27m19s423

vlcsnap-2018-04-14-18h27m33s674

vlcsnap-2018-04-14-18h27m53s584

vlcsnap-2018-04-14-18h28m04s319

vlcsnap-2018-04-14-18h29m33s459

vlcsnap-2018-04-14-18h29m43s891

vlcsnap-2018-04-14-18h30m01s761

vlcsnap-2018-04-14-18h30m13s179

vlcsnap-2018-04-14-18h30m25s820

vlcsnap-2018-04-14-18h30m40s603

vlcsnap-2018-04-14-18h31m23s629

vlcsnap-2018-04-14-18h31m38s067

vlcsnap-2018-04-14-18h32m06s046

vlcsnap-2018-04-14-18h32m16s807

vlcsnap-2018-04-14-18h32m31s188

vlcsnap-2018-04-14-18h34m16s581

vlcsnap-2018-04-14-18h34m52s100

vlcsnap-2018-04-14-18h35m03s330

vlcsnap-2018-04-14-18h35m23s121

vlcsnap-2018-04-14-18h36m03s196

vlcsnap-2018-04-14-18h36m23s749

vlcsnap-2018-04-14-18h36m35s722

vlcsnap-2018-04-14-18h36m49s598

vlcsnap-2018-04-14-18h37m07s079

vlcsnap-2018-04-14-18h37m38s403

vlcsnap-2018-04-14-18h38m10s529

vlcsnap-2018-04-14-18h38m25s046

vlcsnap-2018-04-14-18h38m34s256

vlcsnap-2018-04-14-18h38m43s764

vlcsnap-2018-04-14-18h39m00s256

vlcsnap-2018-04-14-18h40m45s276

vlcsnap-2018-04-14-18h40m53s482

vlcsnap-2018-04-14-18h41m08s778

vlcsnap-2018-04-14-18h41m31s156

vlcsnap-2018-04-14-18h41m40s027

vlcsnap-2018-04-14-18h42m23s204

vlcsnap-2018-04-14-18h42m34s247

vlcsnap-2018-04-14-18h42m49s827

vlcsnap-2018-04-14-18h43m00s877

vlcsnap-2018-04-14-18h43m08s802

vlcsnap-2018-04-14-18h43m27s471

vlcsnap-2018-04-14-18h43m34s965

vlcsnap-2018-04-14-18h43m49s509

vlcsnap-2018-04-14-18h43m56s862

vlcsnap-2018-04-14-18h44m17s949

IMG_0758

IMG_0759

IMG_0761

 

 

 

 

 

vlcsnap-2018-04-14-18h45m13s746

vlcsnap-2018-04-14-18h46m28s144

vlcsnap-2018-04-14-18h46m36s608

vlcsnap-2018-04-14-18h46m52s329

vlcsnap-2018-04-14-18h47m10s374

vlcsnap-2018-04-14-18h47m21s523

vlcsnap-2018-04-14-18h47m29s492

vlcsnap-2018-04-14-18h47m39s371

vlcsnap-2018-04-14-18h47m53s263

vlcsnap-2018-04-14-18h48m06s598

vlcsnap-2018-04-14-18h48m16s003

vlcsnap-2018-04-14-18h48m24s193

vlcsnap-2018-04-14-18h48m43s682

vlcsnap-2018-04-14-18h52m01s549

vlcsnap-2018-04-14-18h52m16s458

vlcsnap-2018-04-14-18h52m44s635

vlcsnap-2018-04-14-18h55m15s062

vlcsnap-2018-04-14-18h55m40s385

vlcsnap-2018-04-14-18h55m55s210

vlcsnap-2018-04-14-18h56m05s660

vlcsnap-2018-04-14-18h56m28s482

vlcsnap-2018-04-14-18h56m42s755

vlcsnap-2018-04-14-18h57m07s737

vlcsnap-2018-04-14-18h57m29s062

vlcsnap-2018-04-14-18h58m51s032

vlcsnap-2018-04-14-18h59m09s183

vlcsnap-2018-04-14-18h59m48s502

vlcsnap-2018-04-14-19h00m10s606

vlcsnap-2018-04-14-19h00m20s518

vlcsnap-2018-04-14-19h00m49s866

vlcsnap-2018-04-14-19h02m31s100

vlcsnap-2018-04-14-19h02m48s258

vlcsnap-2018-04-14-19h02m59s308

vlcsnap-2018-04-14-19h03m13s060

vlcsnap-2018-04-14-19h03m28s974

vlcsnap-2018-04-14-19h03m37s066

vlcsnap-2018-04-14-19h03m56s769

vlcsnap-2018-04-14-19h04m13s055

vlcsnap-2018-04-14-19h04m45s253

vlcsnap-2018-04-14-19h04m55s820

vlcsnap-2018-04-14-19h05m13s619

vlcsnap-2018-04-14-19h05m37s514

vlcsnap-2018-04-14-19h05m55s325

vlcsnap-2018-04-14-19h06m26s561

vlcsnap-2018-04-14-19h07m01s634

vlcsnap-2018-04-14-19h08m01s935

vlcsnap-2018-04-14-19h10m56s626

vlcsnap-2018-04-14-19h11m06s889

vlcsnap-2018-04-14-19h11m22s712

vlcsnap-2018-04-14-19h11m40s991

vlcsnap-2018-04-14-19h12m26s431

vlcsnap-2018-04-14-19h12m52s058

vlcsnap-2018-04-14-19h13m03s533

vlcsnap-2018-04-14-19h13m17s252

vlcsnap-2018-04-14-19h13m41s078

vlcsnap-2018-04-14-19h13m51s767

vlcsnap-2018-04-14-19h20m17s366

vlcsnap-2018-04-14-19h20m45s210

vlcsnap-2018-04-14-19h21m05s727

vlcsnap-2018-04-14-19h21m40s068

vlcsnap-2018-04-14-19h22m02s541

vlcsnap-2018-04-14-19h22m12s200

vlcsnap-2018-04-14-19h22m21s115

vlcsnap-2018-04-14-19h23m54s898

vlcsnap-2018-04-14-19h24m12s028

vlcsnap-2018-04-14-19h24m37s367

vlcsnap-2018-04-14-19h24m45s559

vlcsnap-2018-04-14-19h27m41s774

vlcsnap-2018-04-14-19h27m50s423

vlcsnap-2018-04-14-19h28m04s020

vlcsnap-2018-04-14-19h28m24s061

vlcsnap-2018-04-14-19h28m37s203

vlcsnap-2018-04-14-19h29m24s898

vlcsnap-2018-04-14-19h29m36s408

vlcsnap-2018-04-14-19h29m49s656

vlcsnap-2018-04-14-19h30m25s017

vlcsnap-2018-04-14-19h36m47s786

vlcsnap-2018-04-14-19h37m15s346

vlcsnap-2018-04-14-19h37m30s380

vlcsnap-2018-04-14-19h37m41s570

vlcsnap-2018-04-14-19h37m59s987

vlcsnap-2018-04-14-19h39m12s666

vlcsnap-2018-04-14-19h39m40s790

vlcsnap-2018-04-14-19h47m24s473

vlcsnap-2018-04-14-19h47m38s631

vlcsnap-2018-04-14-19h48m26s751

vlcsnap-2018-04-14-19h49m45s149

vlcsnap-2018-04-14-19h51m42s905

vlcsnap-2018-04-14-20h07m22s167

vlcsnap-2018-04-14-20h07m47s365

vlcsnap-2018-04-14-20h08m00s541

vlcsnap-2018-04-14-20h08m19s475

vlcsnap-2018-04-14-20h08m45s080

vlcsnap-2018-04-14-20h09m00s432

vlcsnap-2018-04-14-20h09m27s517

vlcsnap-2018-04-14-20h09m54s365

vlcsnap-2018-04-14-20h10m06s231

vlcsnap-2018-04-14-20h10m33s026

vlcsnap-2018-04-14-20h10m46s824

vlcsnap-2018-04-14-20h11m29s811

vlcsnap-2018-04-14-20h14m39s845

vlcsnap-2018-04-14-20h15m54s936

vlcsnap-2018-04-14-20h16m38s671

vlcsnap-2018-04-14-20h16m58s493

vlcsnap-2018-04-14-20h17m07s214

vlcsnap-2018-04-14-20h17m24s179

vlcsnap-2018-04-14-20h17m40s432

vlcsnap-2018-04-14-20h17m55s256

vlcsnap-2018-04-14-20h18m25s117

vlcsnap-2018-04-14-20h18m35s792

vlcsnap-2018-04-14-20h18m55s060

vlcsnap-2018-04-14-20h21m33s723

vlcsnap-2018-04-14-20h21m49s312

vlcsnap-2018-04-14-20h22m01s847

vlcsnap-2018-04-14-20h22m15s992

vlcsnap-2018-04-14-20h24m45s981

vlcsnap-2018-04-14-20h25m02s193

vlcsnap-2018-04-14-20h25m18s053

vlcsnap-2018-04-14-20h25m26s855

vlcsnap-2018-04-14-20h25m56s487

vlcsnap-2018-04-14-20h26m06s989

vlcsnap-2018-04-14-20h26m22s201

vlcsnap-2018-04-14-20h26m39s996

vlcsnap-2018-04-14-20h27m08s963

vlcsnap-2018-04-14-20h27m23s124

vlcsnap-2018-04-14-20h27m35s470

vlcsnap-2018-04-14-20h27m52s365

vlcsnap-2018-04-14-20h28m50s550

vlcsnap-2018-04-14-20h29m03s167

vlcsnap-2018-04-14-20h29m48s373

vlcsnap-2018-04-14-20h30m18s708

vlcsnap-2018-04-14-20h30m31s692

vlcsnap-2018-04-14-20h30m59s876

vlcsnap-2018-04-14-20h31m13s442

vlcsnap-2018-04-14-20h31m53s272

vlcsnap-2018-04-14-20h32m17s903

vlcsnap-2018-04-14-20h32m41s193

vlcsnap-2018-04-14-20h36m36s824

vlcsnap-2018-04-14-20h44m50s358

vlcsnap-2018-04-14-20h45m04s644

vlcsnap-2018-04-14-20h45m15s055

vlcsnap-2018-04-14-20h45m47s977

vlcsnap-2018-04-14-20h46m10s717

vlcsnap-2018-04-14-20h46m32s102

vlcsnap-2018-04-14-20h46m40s381

vlcsnap-2018-04-14-20h46m47s973

vlcsnap-2018-04-14-20h47m39s985

barre27

 

fresque de Michel-Ange au Plafond de la Chapelle Sixtine

 

Posté par livre4 à 21:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2018

13-04-2018 plaque ''EMMA''

13 avril 2018

Dévoilement de la plaque

Simone MICHEL-LEVY

34445358*

 

img791

5600370540_9

IMG_0602

IMG_0641

barre27

 

LES VIDEOS

 

1

2

 

barre27

 

IMG_0603

IMG_0604

IMG_0610

IMG_0612

IMG_0613

IMG_0614

IMG_0621

IMG_0624

IMG_0626

IMG_0627

IMG_0628

IMG_0643

IMG_0645

vlcsnap-2018-04-13-16h36m53s686

vlcsnap-2018-04-13-16h37m33s638

vlcsnap-2018-04-13-16h38m09s248

vlcsnap-2018-04-13-16h39m14s514

vlcsnap-2018-04-13-16h39m31s240

vlcsnap-2018-04-13-16h39m53s567

vlcsnap-2018-04-13-16h40m28s889

vlcsnap-2018-04-13-16h40m57s663

vlcsnap-2018-04-13-16h41m04s760

vlcsnap-2018-04-13-16h41m13s531

vlcsnap-2018-04-13-16h42m10s812

vlcsnap-2018-04-13-16h42m27s229

vlcsnap-2018-04-13-16h42m43s114

vlcsnap-2018-04-13-16h42m54s179

vlcsnap-2018-04-13-16h44m33s081

vlcsnap-2018-04-13-16h45m32s804

vlcsnap-2018-04-13-16h46m03s099

vlcsnap-2018-04-13-16h46m21s134

vlcsnap-2018-04-13-16h46m45s508

vlcsnap-2018-04-13-16h47m01s187

 

 

barre27

 

fresque de Michel-Ange au Plafond de la Chapelle Sixtine

 

 

Posté par livre4 à 20:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2018

28-03-2018 hommage ARNAUD BELTRAME

28 MARS 2018

CEREMONIE D'HOMMAGE AU COLONEL GENDARME

ARNAUD BELTRAME

DANS LA COUR D'HONNEUR DES INVALIDES.

 

5600370540_9

 

 

 

 

BBKNQ3U

barre27

 

TOUTES LES VIDEOS SERONT EN LIGNE VERSLE 31 MARS

 

1 hqdefault

2 hqdefault

3 hqdefault

 

4 hqdefault

barre27

DESPHOTOS SERONT PROCHAINEMENT AJOUTEES  

DSCN9255

DSCN9256

DSCN9261

vlcsnap-2018-03-28-14h29m44s986

vlcsnap-2018-03-28-14h30m01s652

vlcsnap-2018-03-28-14h30m27s674

vlcsnap-2018-03-28-14h31m23s228

vlcsnap-2018-03-28-14h31m35s880

vlcsnap-2018-03-28-14h32m21s121

vlcsnap-2018-03-28-14h32m42s147

vlcsnap-2018-03-28-14h33m20s272

vlcsnap-2018-03-28-14h34m15s430

vlcsnap-2018-03-28-14h34m38s127

vlcsnap-2018-03-28-14h35m14s803

vlcsnap-2018-03-28-14h35m24s533

vlcsnap-2018-03-28-14h35m48s300

vlcsnap-2018-03-28-14h36m26s307

vlcsnap-2018-03-28-14h36m52s585

vlcsnap-2018-03-28-14h37m08s735

vlcsnap-2018-03-28-14h37m20s989

vlcsnap-2018-03-28-14h37m31s655

vlcsnap-2018-03-28-14h37m44s685

vlcsnap-2018-03-28-14h37m53s412

vlcsnap-2018-03-28-14h38m09s388

vlcsnap-2018-03-28-14h38m23s203

vlcsnap-2018-03-28-14h38m32s331

vlcsnap-2018-03-28-14h38m45s658

vlcsnap-2018-03-28-14h39m05s859

vlcsnap-2018-03-28-21h12m00s356

vlcsnap-2018-03-28-21h12m10s359

vlcsnap-2018-03-28-21h12m29s078

vlcsnap-2018-03-28-21h12m40s585

vlcsnap-2018-03-28-21h12m57s203

vlcsnap-2018-03-28-21h13m37s841

vlcsnap-2018-03-28-21h13m57s947

vlcsnap-2018-03-28-21h14m13s052

vlcsnap-2018-03-28-21h20m48s368

vlcsnap-2018-03-28-21h21m27s950

vlcsnap-2018-03-28-21h21m43s799

vlcsnap-2018-03-28-21h21m59s266

vlcsnap-2018-03-28-21h22m47s434

vlcsnap-2018-03-28-21h24m16s112

vlcsnap-2018-03-28-21h24m44s663

vlcsnap-2018-03-28-21h26m12s907

vlcsnap-2018-03-28-21h27m05s784

vlcsnap-2018-03-28-21h27m14s624

vlcsnap-2018-03-28-21h27m25s021

vlcsnap-2018-03-28-21h27m37s996

vlcsnap-2018-03-28-21h27m49s203

vlcsnap-2018-03-28-21h28m00s351

vlcsnap-2018-03-28-21h28m18s953

vlcsnap-2018-03-28-21h28m31s974

vlcsnap-2018-03-28-21h28m48s958

vlcsnap-2018-03-28-21h28m59s965

vlcsnap-2018-03-28-21h29m19s246

vlcsnap-2018-03-28-21h29m38s889

vlcsnap-2018-03-28-21h29m55s212

vlcsnap-2018-03-28-21h30m07s358

vlcsnap-2018-03-28-21h31m24s014

vlcsnap-2018-03-28-21h31m37s368

vlcsnap-2018-03-28-21h31m47s204

vlcsnap-2018-03-28-21h32m03s810

vlcsnap-2018-03-28-21h44m03s180

vlcsnap-2018-03-28-21h44m12s760

vlcsnap-2018-03-28-21h44m22s447

vlcsnap-2018-03-28-21h44m45s469

vlcsnap-2018-03-28-21h45m01s007

vlcsnap-2018-03-28-21h45m08s228

vlcsnap-2018-03-28-21h45m18s332

vlcsnap-2018-03-28-21h45m33s249

vlcsnap-2018-03-28-21h46m01s648

vlcsnap-2018-03-28-21h46m11s795

vlcsnap-2018-03-28-21h46m22s581

vlcsnap-2018-03-28-21h46m29s605

 

barre27

Posté par livre4 à 20:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2018

27-03-2018 messe chrismale

27 mars 2018

MESSE CHRISMALE A LA CATHEDRALE DU SOLDAT

5600370540_9

 

img778

img779

img780

img781

5600370540_9

LES VIDEOS

1

2

 

3


 

4

5

6

7

 

 

barre27

DSCN9238

DSCN9239

DSCN9240

DSCN9241

DSCN9242

DSCN9244

DSCN9245

vlcsnap-2018-03-28-00h04m02s725

vlcsnap-2018-03-28-00h04m20s104

vlcsnap-2018-03-28-00h04m34s823

vlcsnap-2018-03-28-00h05m23s632

vlcsnap-2018-03-28-00h05m38s040

vlcsnap-2018-03-28-00h05m48s026

vlcsnap-2018-03-28-00h06m16s050

vlcsnap-2018-03-28-00h06m36s237

vlcsnap-2018-03-28-00h06m45s508

vlcsnap-2018-03-28-00h06m55s607

vlcsnap-2018-03-28-00h07m23s979

vlcsnap-2018-03-28-00h07m32s219

vlcsnap-2018-03-28-00h07m47s655

vlcsnap-2018-03-28-00h08m11s572

vlcsnap-2018-03-28-00h08m26s696

vlcsnap-2018-03-28-00h09m11s344

vlcsnap-2018-03-28-00h21m27s684

vlcsnap-2018-03-28-00h22m52s494

vlcsnap-2018-03-28-00h23m02s490

vlcsnap-2018-03-28-00h23m21s094

vlcsnap-2018-03-28-00h23m55s992

vlcsnap-2018-03-28-00h24m07s075

vlcsnap-2018-03-28-00h24m31s442

vlcsnap-2018-03-28-00h24m47s425

vlcsnap-2018-03-28-00h28m53s419

vlcsnap-2018-03-28-00h29m10s717

vlcsnap-2018-03-28-00h29m26s938

vlcsnap-2018-03-28-00h29m36s349

vlcsnap-2018-03-28-00h29m53s893

vlcsnap-2018-03-28-00h30m03s075

vlcsnap-2018-03-28-00h30m14s319

vlcsnap-2018-03-28-00h30m25s332

vlcsnap-2018-03-28-00h30m42s615

vlcsnap-2018-03-28-00h31m03s099

vlcsnap-2018-03-28-00h31m33s086

vlcsnap-2018-03-28-00h32m08s068

vlcsnap-2018-03-28-00h32m26s188

vlcsnap-2018-03-28-00h32m42s280

vlcsnap-2018-03-28-00h32m50s194

vlcsnap-2018-03-28-00h33m42s699

vlcsnap-2018-03-28-00h40m55s275

vlcsnap-2018-03-28-00h41m11s503

vlcsnap-2018-03-28-00h41m19s339

vlcsnap-2018-03-28-00h41m44s733

vlcsnap-2018-03-28-00h41m59s001

vlcsnap-2018-03-28-00h43m13s172

vlcsnap-2018-03-28-00h45m03s275

vlcsnap-2018-03-28-00h45m19s359

vlcsnap-2018-03-28-00h45m51s286

vlcsnap-2018-03-28-00h51m00s049

vlcsnap-2018-03-28-00h52m17s334

vlcsnap-2018-03-28-00h52m46s343

vlcsnap-2018-03-28-00h53m26s280

vlcsnap-2018-03-28-00h53m57s591

vlcsnap-2018-03-28-00h58m35s761

vlcsnap-2018-03-28-00h58m52s342

vlcsnap-2018-03-28-00h59m09s473

vlcsnap-2018-03-28-00h59m19s882

vlcsnap-2018-03-28-01h00m03s228

vlcsnap-2018-03-28-01h00m14s141

vlcsnap-2018-03-28-01h04m58s091

vlcsnap-2018-03-28-01h05m07s410

vlcsnap-2018-03-28-01h05m20s371

vlcsnap-2018-03-28-01h05m33s129

vlcsnap-2018-03-28-01h05m52s868

vlcsnap-2018-03-28-01h06m16s327

vlcsnap-2018-03-28-01h07m12s348

vlcsnap-2018-03-28-01h07m28s593

vlcsnap-2018-03-28-01h08m11s832

vlcsnap-2018-03-28-01h08m20s760

vlcsnap-2018-03-28-01h08m49s529

barre27

fresque de Michel-Ange au Plafond de la Chapelle Sixtine

Posté par livre4 à 23:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 mars 2018

19 mars 1962

19 MARS 1962

 

 

«On peut choisir n'importe quelle date sauf le 19 mars!»

avait prévenu François Mitterrand.

 

Pour quelle raison en 2013

le 19 mars est-il devenu

une date officielle de commémoration?

 (cliquer sur le ? ci dessus pour avoir la réponse)

 Voir aussi ''guerre d'Algérie'' et la torture

  

34445358

par JACQUES M., Ancien combattant d'AFN

 

"Que s'est il passé le 19 mars 1962 ?

Si l'on posait cette question aujourd'hui à quelques quidams pris au hasard au fil des rues, combien associeraient cette date tout à fait banale à première vue, à l'acte qui mit officiellement fin à la guerre d'Algérie ?

C'est en effet ce jour là que le Général Ailleret proclama le cessez le feu de cette guerre, dénommée d'abord  "opération de maintien de l'ordre", qui fit près de 25000 morts parmi les militaires français (dont 13000 appelés ou rappelés), 5000 musulmans, 65000 blessés, près de 3000 victimes civiles et entre 250000 et 400000 morts, selon les estimations, pour la population algérienne, militaires et civils associés.

1340000 appelés ou rappelés du contingent participèrent à cette guerre de 1952 à 1962. Lors du putsch des généraux en 1961, il y avait encore 500000 militaires sous les drapeaux, « Cinq cent mille gaillards munis de transistors », comme dira le général de Gaulle à propos du contingent ; ayant entendu son appel à la désobéissance légitime, de nombreux appelés ont refusé d’exécuter les ordres des officiers rebelles, et j'en étais.

Le 19 mars 1962 ne marqua pas, hélas, la fin réelle des hostilités car, tant du fait des activistes de l'OAS que du FLN, de nombreuses victimes furent dénombrées jusqu'en 1964, ce qui constitue un prétexte utilisé par certaines organisations proches des partisans de l'Algérie française, soutenues par un pouvoir politique tenté par la droite extrême (et à la recherche de voix pour les élections régionales toutes proches), pour contester la légitimité de cette date et lui préférer celle du 5 décembre, jour de l'inauguration à Paris, en 2002, du mémorial dédié aux militaires morts pour la guerre en Algérie.

Pourtant, chaque année, le 19 mars, l'arithmétique rend un verdict incontestable ; très nombreux sont en effet les anciens combattants de ce conflit qui assistent avec émotion à cette cérémonie du souvenir alors que le 5 décembre, les rangs des participants sont plus que clairsemés.

Nous serons encore plus nombreux cette année car l'on assiste depuis quelques semaines à une recrudescence des attaques des organisations citées plus hauts, lesquelles ont envoyé une lettre à tous les maires de France pour leur demander de boycotter les cérémonies en privilégiant celles du 5 décembre. Cette démarche sera sans effet, j'en suis convaincu, car innombrables sont déjà aujourd'hui, les communes de France qui ont voulu rendre hommage à mes camarades victimes de cette guerre, soit en baptisant un lieu public, une rue, une place de leur cité en souvenir du 19 mars 1962, soit en édifiant un monument commémoratif.

A la lumière de tels faits, l'on s'aperçoit que l'influence du passé, alors que près d'un demi siècle s'est écoulé depuis la fin de cette guerre, est encore forte au sein d'une société comme la nôtre.

Personnellement, je serais favorable au choix d'une date unique pour commémorer les grands évènements de l'histoire militaire de notre pays, une date qui réunirait enfin les différentes sensibilités de la nation. Une sorte de "Mémorial Day" à la française.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2010/03/14/19-mars-1962_1318955_3232.html#2VRK4Qjy2H3u6Pv4.99

 

34445358

ANIMATION encrier_plume

img752

img753

img754

img755

img756

img757

 

 

img758

img759

img760

34445358


affiche du référendum du 8 avril 1962Le 19 mars 1962, à midi, prend officiellement effet un cessez-le-feu qui met fin à huit ans de guerre en Algérie.

La veille, le gouvernement français a cédé au gouvernement provisoire de la république algérienne ses pouvoirs sur l'Algérie et le Sahara.

Un double référendum vient bientôt conforter cette décision. Le 8 avril 1962, les Français de métropole approuvent à plus de 90% le choix du général de Gaulle. Le 1er juillet 1962, les Algériens se prononcent encore plus massivement pour l'indépendance de leur pays.

L'indépendance devient effective le 3 juillet 1962. Le 4 juillet, Ahmed Ben Bella s'installe à Alger en qualité de président de la nouvelle république. Le 5 juillet, l'indépendance est officiellement proclamée.

Une transition sanglante

Pourtant, le cessez-le-feu du 19 mars est loin d'aboutir à un retour au calme immédiat. Les combats et les massacres se prolongent jusqu'au 3 juillet et redoublent même de violence. Leurs principales victimes sont les Pieds-noirs et les harkis, touchés par les représailles du FLN (Front de libération nationale). Les luttes entre fractions du FLN pour le pouvoir coûtent font également couler beaucoup de sang.

L'OAS (Organisation de l'Armée Secrète), créée en 1961 en réaction au « lâchage » de l'Algérie par le général de Gaulle, multiplie les attentats aveugles après le cessez-le-feu. Elle est responsable d'environ 2.400 assassinats de Français et surtout d'Algériens.

Le 26 mars 1962, des tirailleurs algériens de l'armée française font plus de cinquante morts en tirant à Alger sur une foule pacifique de manifestants européens. Ce massacre de la rue d'Isly et celui du 5 juillet 1962, à Oran, accélèrent la fuite des Pieds-Noirs et Juifs sépharades vers la France, où ils débarquent avec leurs valises pour seuls biens.

Un traumatisme durable

La vie politique française sera longtemps marquée par les séquelles de cette guerre non déclarée, qui a éclaté le 1er novembre 1954 et a mobilisé pas moins de deux millions de jeunes Français du contingent. Elle a fait au total 25 000 tués chez les soldats français, 2 000 morts de la Légion étrangère, un millier de disparus et 1 300 soldats morts des suites de leurs blessures.

Environ 270 000 musulmans algériens sont morts du fait de la guerre, sur une population totale de dix millions d'habitants. Sans parler de 8 000 villages incendiés et 2,1 millions de musulmans déportés dans des camps de regroupement.

L'une des séquelles parmi les plus douloureuses est le sort fait aux supplétifs musulmans de l'armée française, les harkis.

Version intégrale pour les amis d

Cliquer sur la date pour atteindre la page sur l'internet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

34445358

 

Guerre d'Algérie :

les tragédies du 19 mars 1962

 

 

France-Soir du 20 mars 1962 annonçant le cessez-le-feu en Algérie. Rue des Archives/©Rue des Archives/Collection Gre

HÉLIE DE SAINT MARC (2/3) - En choisissant le 19 mars comme journée de commémoration du conflit algérien, la loi adoptée le 8 novembre 2012 a fait l'impasse sur les violences et les crimes qui ont suivi le cessez-le-feu.

«On peut choisir n'importe quelle date sauf le 19 mars!» avait prévenu François Mitterrand. En votant, le 8 novembre 2013, la proposition de loi socialiste d'inspiration communiste visant à faire du 19 mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie, une «journée nationale du souvenir en mémoire des victimes du conflit», la majorité de gauche au Sénat a donc décidé de passer outre l'avertissement, prenant ainsi, délibérément, la responsabilité d'«un risque grave de division de la communauté nationale» selon les termes de l'Union nationale des combattants. Soixante sénateurs UMP ont d'ailleurs déposé un recours devant le Conseil constitutionnel. Les associations de rapatriés ne désarment pas. Leurs dirigeants sont unanimes. Non seulement parce que la date du 19 mars est celle d'une défaite, mais parce qu'elle n'a même pas marqué, sur le terrain la fin de la guerre: bien plutôt la fin de l'engagement des autorités françaises dans la défense de leurs ressortissants et le début des terrifiantes violences dont furent victimes les Français d'Algérie et les supplétifs engagés aux côtés de la France.

«On peut choisir n'importe quelle date sauf le 19 mars!»

François Mitterrand

Sur le plan diplomatique, la «défaite» française en Algérie est de fait incontestable. Mais il est également vrai qu'elle était inscrite dès le début dans le processus des négociations. Et ce, pour une raison simple: l'Elysée était demandeur et pressé…

C'est le 20 février 1961 que, dans le plus grand secret, Georges Pompidou et Bruno de Leusse prennent contact en Suisse, à l'hôtel Schweitzer de Lucerne, avec les représentants du GPRA (Gouvernement provisoire de la République française), Ahmed Boumendjel, Taïeb Boulahrouf et Saad Dalhab. Selon les instructions reçues, il ne s'agit pour les représentants français que d'une mission d'information sur les objectifs à long terme du FLN et sur les voies et étapes qu'il compte emprunter pour y parvenir.

Immédiatement, Pompidou donne le ton en affirmant que la France a la situation bien en main, que l'Algérie n'est pas l'Indochine -«Il n'y aura pas de Dien Bien Phu»-, que les menaces de Khrouchtchev ou de tout autre ne font pas peur à De Gaulle et, pour finir, que la France ne craint pas l'indépendance algérienne. Elle exige donc un arrêt des combats avant d'entreprendre des pourparlers avec toutes les tendances sur les conditions de l'autodétermination, dont elle a accepté, depuis le référundum du 8 janvier 1961, le principe. Mais tout de suite aussi, les Algériens font connaitre leur refus de bouger d'un pouce sur la question du cessez-le-feu qui, disent-ils, doit résulter d'un accord politique.

C'est l'impasse. Et la situation n'évolue guère lorsque les mêmes se retrouvent pour une nouvelle réunion, le 5 mars suivant, à Neuchâtel. «Les contacts secrets confirmaient l'absence complète d'accord sur les liens à établir entre les éventuels pourparlers officiels et la cessation des violences», écrit Bernard Tricot, qui assurait alors le secrétariat de la Direction des affaires algériennes à l'Elysée.

A la «trêve statique» des Français, les Algériens opposent leur «cessez-le-feu dynamique» qui serait fonction des progrès de la négociation…

Que va décider De Gaulle?

Le 8 mars, un communiqué du chef de l'Etat appelle à l'ouverture de discussions «sans conditions préalables». En bref, le cessez-le-feu n'en est pas un. Il sera l'objet de négociation comme un autre… De Gaulle vient d'en passer par la première des quatre volontés du FLN.

Le 8 mars, lors d'une nouvelle réunion, Bruno de Leusse lit devant les émissaires du GPRA un communiqué du chef de l'Etat appelant à l'ouverture de discussions «sans conditions préalables». En bref, le cessez-le-feu n'en est pas un. Il sera l'objet de négociation comme un autre…

Ce 8 mars 1961, De Gaulle vient donc d'en passer par la première des quatre volontés du FLN.

Les trois autres exigences du mouvement révolutionnaire sont claires: 1) le FLN doit être considéré comme le seul représentant qualifié du peuple algrérien; 2) l'Algérie est une, Sahara compris (ce qui n'a aucun fondement historique: le Sahara n'a appartenu à l'Algérie que sous la souveraineté française); 3) le peuple algérien est un, et ce que décidera la majorité du peuple vaudra pour tout le territoire et pour tous ses habitants. Il ne doit donc y avoir aucun statut particulier pour les Européens. C'est le futur gouvernement algérien qui, une fois installé, décidera avec son homologue français des garanties dont ils jouiront, des modalités de la coopération et des questions de défense. En attendant, il convient de discuter des garanties de l'autodétermination.

Le 15 mars, un communiqué du Conseil des ministres «confirme son désir de voir s'engager, par l'organe d'une délégation officielle, des pourparlers concernant les conditions d'autodétermination des populations algériennes concernées ainsi que les problèmes qui s'y rattachent». Tricot constate: «Les commentateurs les plus avertis se doutèrent bien que si le cessez-le-feu n'était pas mentionné séparément, c'est qu'il faisait désormais partie des problèmes qui se rattachaient à l'autodétermination et qu'il ne constituait pas un préalable.»

Le 30 mars, le gouvernement français et le GPRA annoncent simultanément que les pourparlers s'ouvriront le 7 avril à Evian. Mais le lendemain, interrogé par la presse sur ses contacts avec Messali Hadj, le leader du Mouvement national algérien (MNA), rival du FLN, Louis Joxe, le ministre en charge des Affaires algériennes, déclare qu'il consultera le MNA comme il consultera le FLN. Aussitôt la nouvelle connue, le GPRA annule les pourparlers.

Que va faire de Gaulle?

«Le gouvernement s'en tient, pour ce qui le concerne, à l'esprit et aux termes de son communiqué du 15 mars.» Le FLN sera donc l'interlocuteur unique et le représentant exclusif du peuple algérien. Ce 6 avril 1961, De Gaulle vient d'en passer par la deuxième des quatre volontés du FLN.

Le 6 avril, le Conseil des ministres publie un communiqué prenant acte de l'ajournement de la conférence d'Evian et conclut sobrement: «Le gouvernement s'en tient, pour ce qui le concerne, à l'esprit et aux termes de son communiqué du 15 mars.» Le FLN sera donc l'interlocuteur unique et le représentant exclusif du peuple algérien.

Ce 6 avril 1961, De Gaulle vient donc d'en passer par la deuxième des quatre volontés du FLN. Cette double capitulation en l'espace d'un mois explique peut-être les temes un peu crus de sa déclaration du 11 avril: «L'Algérie nous coûte, c'est le moins que l'on puisse dire, plus qu'elle nous rapporte (…) Et c'est pourquoi, aujourd'hui la France considérerait avec le plus grand sang-froid une solution telle que l'Algérie cessât d'appartenir à son domaine.»

Sur ce, le 21 avril, éclate le putsch des généraux dont l'échec entraîne la création de l'OAS par Pierre Lagaillarde et Jean-Jacques Susini. La violence atteint vite un seuil insoutenable et De Gaulle avoue à Robert Buron ne plus rien maîtriser. «Il n'y a plus, dit-il, que deux forces en présence: le FLN et l'OAS.»

C'est dans ce contexte que, le 20 mai, les négociations s'ouvrent à Evian. Du côté français, outre Louis Joxe, la délégation comprend, entre autres, Bernard Tricot, Roland Cadet, Claude Chayet et Bruno de Leusse. Tous des professionnels de la négociation. Du côté algérien, le chef de file n'est autre que Krim Belkacem, dont l'instruction se résume à un passé de maquisard. Pour marquer sa bonne volonté, le chef de l'Etat annonce une trève unilatérale d'un mois (l'action des troupes françaises sera limitée à l'autodéfense), la libération de 6000 prisonniers et le transfert au château de Turquant, en Indre-et-Loire, des chefs du FLN capturés en 1956.

De Gaulle déclare, le 5 septembre, accepter la souveraineté du FLN sur le Sahara, dont il disait quelque temps plus tôt à Louis Joxe: «Le pétrole, c'est la France et uniquement la France!» Il vient d'en passer par la troisième des quatre volontés du FLN.

Après une première interruption des pourparlers le 13 juillet due, notamment, à des divergences sur le Sahara, une reprise des négociations au château de Lugrin, le 20 juillet, et un nouveau capotage pour la même raison, De Gaulle déclare, le 5 septembre, accepter la souveraineté du FLN sur le Sahara, dont il disait quelque temps plus tôt à Louis Joxe: «Le pétrole, c'est la France et uniquement la France!»

Ce 5 septembre 1961, il vient donc d'en passer par la troisième des quatre volontés du FLN.

Ne reste plus en suspens que le sort des pieds noirs et des musulmans fidèles à la France, qu'il évoque d'ailleurs dans la suite de son discours, en parlant de «dégagement». Le mot résonne douloureusement à leurs oreilles, même si De Gaulle assure qu'en cas de rupture brutale avec l'Algérie, l'Etat entreprendra de «regrouper dans une région déterminée les Algériens de souche européenne et ceux des musulmans qui voudraient rester avec la France», donnant ainsi un début de réalité au thème de la «partition» lancé à sa demande par Peyrefitte.

Dans le camp d'en face, Benyoucef Ben Khedda, un marxiste, succède à Ferhat Abbas à la tête du GPRA.

Le 11 février 1962, les négociations reprennent aux Rousses. Elles s'achèvent une semaine plus tard sur un ensemble de textes qualifiés d'«accords de principe» que les Algériens doivent soumettre au CNRA, l'instance suprême de la Révolution, réuni à Tripoli.

Le 7 mars s'engage la seconde conférence d'Evian qui traîne trop aux yeux de l'Elysée. Robert Buron décrit un De Gaulle «moins serein, moins souverain» au téléphone. Le 18 mars, juste avant la signature, Krim Belkacem fait valoir une exigence: que les délégués français lisent à voix haute les 93 pages du document. Ces derniers s'exécutent en se relayant, article après article, tandis que les délégués algériens suivent attentivement chaque mot et que De Gaulle, à l'Elysée, attend. Le rituel imposé une fois terminé, les accords d'Evian sont paraphés par les deux délégations.Ils prévoient l'organisation d'un référundum sur l'indépendance. Il aura lieu le 1er juillet. Dans l'intervalle, le pouvoir sera exercé par un exécutif provisoire, sous la direction de Christian Fouchet.

Dans son Journal, à la date de ce 18 mars, Buron reconnait que sa signature figure au bas d'un «bien étrange document». Et il note: «Les jours qui viennent vont être des jours de folie et de sang».

Si le texte des accords d'Evian assure en principe aux Français d'Algérie «toutes libertés énoncées dans la Déclaration universelle des droits de l'homme», l'Elysée a renoncé à tout statut particulier pour nos nationaux et aucune clause ne concerne précisément les supplétifs. C'est la quatrième des exigences du FLN.

Car si le texte assure en principe aux Français d'Algérie «toutes libertés énoncées dans la Déclaration universelle des droits de l'homme», ainsi que la possibilité de «transporter leurs biens mobiliers, liquider leurs biens immobiliers, transférer leurs capitaux», l'Elysée a renoncé à tout statut particulier pour nos nationaux et aucune clause ne concerne précisément les supplétifs. C'est la quatrième des exigences du FLN.

Le lendemain 19 mars, le cessez-le-feu est proclamé du côté français par le général Ailleret, du côté algérien par Ben Khedda. Or, ce même 19 mars censé instaurer la paix, le directeur de la police judiciaire, Michel Hacq, patron de la mission «C» (C pour choc) qui supervise les barbouzes (ces «éléments clandestins» chargés depuis décembre 1961 de la lutte contre l'OAS), rencontre secrètement le chef fellagha Si Azzedine, patron de la Zone autonome d'Alger, pour lui remettre une liste d'activistes. Tout y est: les noms et les pseudonymes, les âges et les adresses. «Le marché est clair, écrit Jean-Jacques Jordi: les commandos d'Azzedine peuvent se servir de cette liste pour leurs actions contre l'OAS et ils peuvent “bénéficier” d'une certaine impunité d'autant que les buts du FLN et de la mission “C” se rejoignent (…) Cependant, force est de constater que ces mêmes commandos FLN ne s'attaquaient pas réellement aux membres de l'OAS mais poursuivaient une autre stratégie: faire fuir les Français par la terreur.»

Ce nettoyage ethnique qu'évoque sans fard dans ses Mémoires, l'ancien président du GPRA, Ben Khedda, en se vantant d'avoir réussi à «déloger du territoire national un million d'Européens, seigneurs du pays», était en germe depuis longtemps puisque les négociateurs du FLN à la conférence de Melun, Boumendjel et Ben Yahia, en avaient fait la confidence à Jean Daniel dès le 25 juin 1960: «Croyez-vous, leur avait demandé le journaliste, originaire de Blida, qu'avec tous ces fanatiques religieux derrière vous, il y aura dans une Algérie indépendante un avenir pour les non-musulmans, les chrétiens, les juifs auxquels vous avez fait appel?» Les deux responsables FLN ne s'étaient pas dérobés: «Ils m'ont alors expliqué, témoigne Jean Daniel, que le pendule avait balancé si loin d'un seul côté pendant un siècle et demi de colonisation française, du côté chrétien, niant l'identité musulmane, l'arabisme, l'islam, que la revanche serait longue, violente et qu'elle excluait tout avenir pour les non-musulmans. Qu'ils n'empêcheraient pas cette révolution arabo-islamique de s'exprimer puisqu'ils la jugeaient juste et bienfaitrice.»

Sur le terrain, le cessez-le-feu ne change rien à la poursuite de l'offensive menée de concert par le pouvoir gaulliste et le FLN contre «leur ennemi commun» selon l'expression de Krim Belkacem.

Détail important: la livraison au FLN par Hacq, ce 19 mars, de la liste des activistes n'est pas une nouveauté. Elle fait suite à une première liste de 3000 noms adressée au FLN par l'intermédiaire de Lucien Bitterlin, l'un des chefs des barbouzes, dès janvier 1962… C'est-à-dire trois mois avant les accords d'Evian, qui vont voir les relations entre Hacq et Si Azzedine se renforcer. Force est donc de constater que, sur le terrain, le cessez-le-feu ne change rien à la poursuite de l'offensive menée de concert par le pouvoir gaulliste et le FLN contre «leur ennemi commun» selon l'expression de Krim Belkacem.

Lors de la crise des Barricades, (la première révolte des pieds-noirs après le discours de De Gaulle annonçant, en septembre 1959, l'autodétermination ) en janvier 1960, le chef rebelle a en effet affirmé à l'ambassadeur américain à Tunis, Walter Walmsley, que si De Gaulle avait besoin de soutien, le GPRA se mobiliserait à ses côtés contre tous ceux qui s'opposent à l'indépendance de l'Algérie. Et donc, par extension, contre tous les Français d'Algérie à quelque confession qu'ils appartiennent.

Message entendu à l'Elysée.

«On n'allait bientôt plus savoir qui tuait qui -et pour le compte de qui! On tuait, voilà tout», écrit Bitterlin.

Ce 19 mars 1962, la guerre n'est donc pas finie: seuls les alliés et les adversaires ont permuté en fonction des développements successifs de la politique gaulliste. Elle va même prendre un tour extrême quelques jours plus tard.

Le 26 mars, rue d'Isly, une manifestation interdite mais pacifique de Français d'Algérie se dirigeant vers le quartier de Bab-el-Oued, foyer de l'OAS, encerclé par l'armée, se heurte à un barrage de tirailleurs venus du bled. Elle est mitraillée à bout portant. Bilan: près de 49 morts et 200 blessés. Le drame n'a rien d'un dérapage: Christian Fouchet s'en est justifié plus tard lors d'une confidence à Jean Mauriac: «J'en ai voulu au Général de m'avoir limogé au lendemain de Mai 68. C'était une faute politique. Il m'a reproché de ne pas avoir maintenu l'ordre: “Vous n'avez pas osé faire tirer [sous-entendu: sur les manifestants étudiants]-J'aurais osé s'il avait fallu, lui ai-je répondu. Souvenez-vous de l'Algérie, de la rue d'Isly. Là, j'ai osé et je ne le regrette pas, parce qu'il fallait montrer que l'armée n'était pas complice de la population algéroise.”»

Le 3 avril 1962, De Gaulle déclare qu'«il faut se débarrasser sans délai de ce magmas d'auxilliaires qui n'ont jamais servi à rien» et donne l'ordre de désarmer les harkis. Le 4 mai, il déclare que «l'intérêt de la France a cessé de se confondre avec celui des pieds-noirs.» Les uns et les autres font partie du «boulet» dont il avait avoué à Peyrefitte, le 20 octobre 1959, qu'il faudrait s'en «délester».

Dans la folie meurtrière qui, sous les coups conjugués de l'OAS, du FLN, des barbouzes et du «Détachement métropolitain de police judiciaire» (couverture officielle de la fameuse mission «C» constituée de 200 policiers, et d'une trentaine de gendarmes aux ordres du capitaine Armand Lacoste), s'empare de l'Algérie et menace la métropole, la figure de l'«ennemi commun» se précise: le 3 avril 1962, lors d'une réunion du Comité des affaires algériennes, De Gaulle déclare qu'«il faut se débarrasser sans délai de ce magmas d'auxilliaires qui n'ont jamais servi à rien» et il donne l'ordre de désarmer les harkis (que des ordres complémentaires de Joxe et de Messmer empêcheront de gagner la France et, pour certains de ceux qui y seront parvenus malgré tout, rembarqueront de force pour l'Algérie). Le 4 mai, en Conseil des ministres, il déclare que: «L'intérêt de la France a cessé de se confondre avec celui des pieds-noirs.» Les uns et les autres font donc partie du «boulet» dont il avait avoué à Alain Peyrefitte, le 20 octobre 1959, qu'il faudrait s'en «délester». Cette disposition d'esprit du chef de l'Etat a une traduction concrète sur le terrain: en vertu de l'ordre donné à l'armée de rester l'arme au pied quoi qu'il arrive à nos nationaux, la politique d'abandon de l'Algérie se double d'une politique d'abandon des populations qui se réclament de la France et dont le sort est désormais lié au seul bon vouloir du GPRA.

Le rapport de Jean-Marie Robert, sous-préfet d'Akbou en 1962, adressé à Alexandre Parodi, vice-président du Conseil d'Etat, donne une idée détaillée des massacres auxquels se livre alors le FLN sur les supplétifs de l'armée française mais aussi sur les élus (maires, conseillers généraux et municipaux, anciens combattants, chefs de village, etc) «promenés habillés en femmes, nez, oreilles et lèvres coupées, émasculés, enterrés vivant dans la chaux ou même dans le ciment, ou brûlés vifs à l'essence».

Aux massacres de harkis qui atteignent bientôt des proportions et une horreur inimaginables, s'ajoutent les enlèvements d'Européens: de l'ordre de 300 à 400 entre novembre 1954 et mars 1962, ils se multiplient brusquement à partir de cette date pour atteindre selon les travaux de Jordi le chiffre de 3000 -dont 1630 disparus. Dans l'indifférence la plus totale de la part du gouvernement français que n'émeut pas davantage le massacre du 5 juillet ( jour officiel de l'indépendance algérienne après la victoire du oui au référendum du 1er juillet) à Oran, qui va coûter la vie à 700 Européens.

Aux massacres de harkis qui atteignent bientôt des proportions et une horreur inimaginables, s'ajoutent les enlèvements d'Européens: ils se multiplient brusquement pour atteindre le chiffre de 3000 dont 1630 disparus. «Pour la France, à part quelques enlèvements, les choses se passent à peu près convenablement», déclare De Gaulle le 18 juillet.

«Pour la France, à part quelques enlèvements, les choses se passent à peu près convenablement», déclare même De Gaulle le 18 juillet.

Devant l'exode, dont il nie la réalité jusqu'au dernier moment, le chef de l'Etat ne se soucie que de la «concentration» des réfugiés dans le sud de la France. L'ordre qu'il donne alors, le 18 juillet, est d'obliger les «repliés» ou les «lascars» (c'est ainsi qu'il appelle les pieds-noirs selon son humeur du jour) à «se disperser sur l'ensemble du territoire». S'attirant cette réponse de Pompidou, nouveau Premier ministre: «Mais à quel titre exercer ces contraintes, mon général? On ne peut tout de même pas assigner des Français à résidence! Les rapatriés qui sont autour de Marseille ne créent aucun problème d'ordre public. On ne peut pas les sanctionner!» il réplique: «Si ça ne colle pas, il faut qu'on se donne les moyens de les faire aller plus loin! Ça doit être possible sous l'angle de l'ordre public.»

Certains comme Joxe souhaitant envoyer cette «mauvaise graine» au Brésil ou en Australie, De Gaulle répond qu'ils aillent en Nouvelle-Calédonie ou plutôt en Guyane… Mais son intention véritable, il le dit et le répète, c'est de faire en sorte que tous retournent sans délai dans cette Algérie, dont ils sont parvenus -souvent in extremis-à fuir la terreur.

En Conseil des ministres, le 25 juillet, Alain Peyrefitte note que «plusieurs collègues baissent la tête»… Et le chef de l'Etat est sans doute conscient de son effet puisque le même Peyrefitte rapporte que Pompidou, mi-plaisant mi-sérieux, lui raconte que le Général a déclaré à Mme De Gaulle: «Je vous le dis Yvonne, tout ça se terminera mal. Nous finirons en prison. Je n'aurai même pas la consolation de vous retrouver puisque vous serez à la Petite Roquette et moi à la Santé.»

En réalité la détermination présidentielle est sans faille et pour que les choses soient bien claires, de Gaulle insiste: «Napoléon disait qu'en amour, la seule victoire, c'est la fuite; en matière de décolonisation aussi, la seule victoire c'est de s'en aller.»


Le Figaro Histoire Algérie, la guerre sans nom, 132 pages, 6,90€

Sur Figaro Store ou dans l'application Le Figaro Histoire sur iPhone, iPad et iPod Touch.

 

Henri-Christian Giraud

 

barre27

DES IMAGES D'ALGERIE

https://www.pinterest.fr/pin/380906080962527961/

ALGERIE

(Liquer sur l'image)

 

barre27

 

fresque de Michel-Ange au Plafond de la Chapelle Sixtine

Posté par livre4 à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2018

10-03-2018 BANQUET UNC15

 

10 mars 2018

BANQUET DE L'UNC15

A LA MAIRIE XV

 

img747

img748

 

 

barre27

LES VIDEOS

1111

222

 

barre27

 

DSCN9112

DSCN9113

DSCN9114

DSCN9115

DSCN9116

DSCN9106

DSCN9107

DSCN9108

DSCN9109

DSCN9111

DSCN9102

DSCN9104

DSCN9105

DSCN9159

DSCN9160

DSCN9161

DSCN9162

DSCN9163

DSCN9154

DSCN9155

DSCN9156

DSCN9157

DSCN9158

DSCN9149

DSCN9150

DSCN9151

DSCN9152

DSCN9153

DSCN9143

DSCN9144

DSCN9145

DSCN9146

DSCN9147

DSCN9138

DSCN9139

DSCN9140

DSCN9141

DSCN9142

DSCN9132

DSCN9134

 

DSCN9136

DSCN9137

DSCN9127

DSCN9128

DSCN9129

DSCN9130

DSCN9131

DSCN9122

DSCN9123

DSCN9124

DSCN9125

DSCN9126

DSCN9117

DSCN9118

DSCN9119

DSCN9120

DSCN9121

DSCN9204

DSCN9205

DSCN9206

DSCN9207

DSCN9208

DSCN9199

DSCN9200

DSCN9201

DSCN9202

DSCN9203

DSCN9194

DSCN9195

DSCN9196

DSCN9197

DSCN9198

DSCN9189

DSCN9190

DSCN9191

DSCN9192

DSCN9193

DSCN9184

DSCN9185

DSCN9186

DSCN9187

DSCN9188

DSCN9179

DSCN9180

DSCN9181

DSCN9182

DSCN9183

DSCN9174

DSCN9175

DSCN9176

DSCN9177

DSCN9178

DSCN9169

DSCN9170

DSCN9171

DSCN9172

DSCN9173

DSCN9164

DSCN9165

DSCN9166

DSCN9167

DSCN9168

DSCN9229

DSCN9230

DSCN9231

DSCN9232

DSCN9233

DSCN9224

DSCN9225

DSCN9226

DSCN9227

DSCN9228

DSCN9219

DSCN9220

DSCN9221

DSCN9222

DSCN9223

DSCN9214

DSCN9215

DSCN9216

DSCN9217

DSCN9218

DSCN9209

DSCN9210

DSCN9211

DSCN9212

DSCN9213

vlcsnap-2018-03-10-18h55m21s158

vlcsnap-2018-03-10-18h55m32s729

vlcsnap-2018-03-10-18h56m07s265

vlcsnap-2018-03-10-18h56m22s015

vlcsnap-2018-03-10-19h03m45s923

vlcsnap-2018-03-10-19h03m53s289

vlcsnap-2018-03-10-19h04m00s226

vlcsnap-2018-03-10-19h04m09s819

vlcsnap-2018-03-10-19h04m18s240

vlcsnap-2018-03-10-19h02m46s483

vlcsnap-2018-03-10-19h03m05s691

vlcsnap-2018-03-10-19h03m13s691

vlcsnap-2018-03-10-19h03m25s883

vlcsnap-2018-03-10-19h03m36s412

vlcsnap-2018-03-10-19h01m47s404

vlcsnap-2018-03-10-19h02m00s899

vlcsnap-2018-03-10-19h02m10s244

vlcsnap-2018-03-10-19h02m25s629

vlcsnap-2018-03-10-19h02m35s856

vlcsnap-2018-03-10-18h59m42s221

vlcsnap-2018-03-10-19h01m04s520

vlcsnap-2018-03-10-19h01m14s783

vlcsnap-2018-03-10-19h01m30s970

vlcsnap-2018-03-10-19h01m40s363

vlcsnap-2018-03-10-18h58m44s607

vlcsnap-2018-03-10-18h59m00s383

vlcsnap-2018-03-10-18h59m14s292

vlcsnap-2018-03-10-18h59m22s753

vlcsnap-2018-03-10-18h59m34s118

vlcsnap-2018-03-10-18h57m49s238

vlcsnap-2018-03-10-18h57m57s775

vlcsnap-2018-03-10-18h58m07s850

vlcsnap-2018-03-10-18h58m18s991

vlcsnap-2018-03-10-18h58m30s780

vlcsnap-2018-03-10-18h56m28s932

vlcsnap-2018-03-10-18h56m55s477

vlcsnap-2018-03-10-18h57m12s481

vlcsnap-2018-03-10-18h57m24s011

vlcsnap-2018-03-10-18h57m36s385

 

 

barre27

fresque de Michel-Ange au Plafond de la Chapelle Sixtine

 

 

 

 

Posté par livre4 à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2018

8-3-2018 AG UNC19

8 MARS 2018

AG de l'UNC19 à la MAIRIE XVIIII

34445358

 HOMMAGE et HONNEUR à Jean-Pierre LAMONICA

Il a 100 ans.

Il a participé à l'offensive du Mont Cassino

sous le commandemant du Général Giraud.

vlcsnap-2018-03-09-12h52m44s247

DSCN9013

DSCN9014

vlcsnap-2018-03-09-12h53m19s491

img746

vlcsnap-2018-03-09-12h53m36s441

vlcsnap-2018-03-09-12h54m30s720

vlcsnap-2018-03-09-12h54m51s049

vlcsnap-2018-03-09-12h55m38s871

5600370540_9

 LES VIDEOS

vlcsnap-2018-03-09-16h55m31s493

vlcsnap-2018-03-09-16h56m01s989

 11

22

barre27

 vlcsnap-2018-03-09-14h36m25s821

vlcsnap-2018-03-09-14h35m34s794

vlcsnap-2018-03-09-14h35m44s516

vlcsnap-2018-03-09-14h35m51s673

vlcsnap-2018-03-09-14h36m00s424

vlcsnap-2018-03-09-14h36m07s877vlcsnap-2018-03-09-14h36m18s747

vlcsnap-2018-03-09-14h36m33s101

vlcsnap-2018-03-09-14h37m08s156

DSCN9097

DSCN9098

DSCN9099

DSCN9100

DSCN9101

DSCN9078

DSCN9079

DSCN9080

DSCN9081

DSCN9082

DSCN9087

DSCN9088

DSCN9089

DSCN9090

DSCN9091

DSCN9082

DSCN9083

DSCN9084

DSCN9085

DSCN9086

DSCN9077

DSCN9078

DSCN9079

DSCN9080

DSCN9081

DSCN9072

DSCN9073

DSCN9074

DSCN9075

DSCN9076

DSCN9066

DSCN9067

DSCN9068

DSCN9069

DSCN9071

DSCN9059

DSCN9060

DSCN9061

DSCN9063

DSCN9065

DSCN9054

DSCN9055

DSCN9056

DSCN9057

DSCN9058

DSCN9049

DSCN9050

DSCN9051

DSCN9052

DSCN9053

DSCN9044

DSCN9045

DSCN9046

DSCN9047

DSCN9048

DSCN9039

DSCN9040

DSCN9041

DSCN9042

DSCN9043

DSCN9034

DSCN9035

DSCN9036

DSCN9037

DSCN9038

DSCN9028

DSCN9029

DSCN9030

DSCN9031

DSCN9033

DSCN9021

DSCN9022

DSCN9024

DSCN9026

DSCN9027

DSCN9016

DSCN9017

DSCN9018

DSCN9019

DSCN9020

DSCN9012

DSCN9015

 

 barre27

fresque de Michel-Ange au Plafond de la Chapelle Sixtine

 

Posté par livre4 à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2018

24-2-2018 AG UNC3

24 FEVRIER 2018

AG UNC3

barre27

DSCN8950

DSCN8951

DSCN8962

 

 

 

DSCN8917

DSCN8918

DSCN8919

DSCN8920

DSCN8921

DSCN8922

DSCN8923

DSCN8924

DSCN8925

DSCN8926

DSCN8927

DSCN8928

DSCN8929

DSCN8930

DSCN8931

DSCN8932

DSCN8933

DSCN8934

DSCN8935

DSCN8936

DSCN8937

DSCN8938

DSCN8939

DSCN8940

DSCN8941

DSCN8942

DSCN8944

DSCN8945

DSCN8946

DSCN8948

DSCN8949

DSCN8950

DSCN8951

DSCN8952

DSCN8953

DSCN8954

DSCN8955

DSCN8956

DSCN8957

DSCN8958

DSCN8959

DSCN8960

DSCN8962

DSCN8963

DSCN8964

DSCN8965

DSCN8966

DSCN8967

DSCN8968

DSCN8969

DSCN8975

DSCN8976

DSCN8977

DSCN8978

DSCN8979

DSCN8975

DSCN8976

DSCN8977

DSCN8978

DSCN8979

DSCN8980

DSCN8981

DSCN8982

DSCN8983

DSCN8985

DSCN8986

DSCN8987

DSCN8988

DSCN8989

DSCN8990

DSCN8991

DSCN8992

DSCN8993

DSCN8994

DSCN8995

DSCN8996

DSCN8997

DSCN8998

DSCN8999

DSCN9000

DSCN9001

DSCN9002

DSCN9003

DSCN9004

DSCN9005

DSCN9006

DSCN9007

DSCN9008

DSCN9009

DSCN9010

barre27

fresque de Michel-Ange au Plafond de la Chapelle Sixtine

 

Posté par livre4 à 14:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 février 2018

22-02-2018 AG UNC 18

22 février 2018

AG UNC18

barre27

 LES VIDEOS

 

1

2

3

4

5

barre27

DSCN8913

DSCN8914

DSCN8898

DSCN8899

DSCN8900

DSCN8901

DSCN8902

DSCN8903

DSCN8904

DSCN8905

DSCN8912

vlcsnap-2018-02-22-21h14m20s462

vlcsnap-2018-02-22-21h14m26s900

vlcsnap-2018-02-22-21h14m37s114

vlcsnap-2018-02-22-21h14m49s561

vlcsnap-2018-02-22-21h15m10s644

vlcsnap-2018-02-22-21h15m18s163

vlcsnap-2018-02-22-21h15m45s073

vlcsnap-2018-02-22-21h16m13s346

vlcsnap-2018-02-22-21h16m22s859

vlcsnap-2018-02-22-21h16m37s648

vlcsnap-2018-02-22-21h16m49s606

vlcsnap-2018-02-22-21h17m11s732

vlcsnap-2018-02-22-21h17m42s815

vlcsnap-2018-02-22-21h17m50s046

vlcsnap-2018-02-22-21h20m33s776

vlcsnap-2018-02-22-21h19m39s905

 

barre27

 fresque de Michel-Ange au Plafond de la Chapelle Sixtine

 

 

Posté par livre4 à 22:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]